2ème Forum Social Européen  12/15 novembre 2003
Paris Saint-Denis Bobigny Ivry sur Seine
Compte-rendu par Guillaume Bertrand

Présentation Ouverture Europe/Méditerrannée Europe/Asie Inde Droits sociaux Points de vue
Forum sociaux locaux CICP Aux détours du FSE Manifestation finale Monuments de Paris Assemblée Générale Liens

Droits économiques et sociaux

dr03.jpg (16959 octets)
Le philosophe Hans Heinz Holz pour pointer l'impunité dont jouissent les multinationales dans le non respect des chartes sociales et environnementales.
Vendredi 14 novembre, en matinée, il était question du thème de "l'indivisibilité des droits et développement des droits économiques" dans la salle Charlie Parker sous la Grande Halle de la Villette.

Madhi Geerts de la Confédération des syndicats Chrétiens (CSC) de Belgique évoque d'entrée de jeu une Europe économique qui entraîne l'Europe sociale vers le bas. La baisse de la fiscalité contribue à mettre en cause les dispositifs de protection sociale. Il est urgent de forcer les partis politiques à se positionner sur la protection sociale avant les élections européennes en juin 2004.

Le philosophe allemand Hans Heinz Holz présente l'Union Européenne comme un espace qui favorise les intérêts des multinationales  et où les états tournent le dos aux droits économiques et sociaux au mépris des articles de loi qui peuvent exister dans la Charte Européenne des Droits Fondamentaux ou dans celle des Nations Unies. Il parle de cette accumulation de capital effrénée qui évacue toute stratégie mondiale de développement. Il souligne les paradoxes d'une classe bourgeoise qui s'applique aujourd'hui à liquider les droits qu'elle avait elle même arrachéee de haute lutte au temps des sociétés féodales.

Bernard Thibault de la CGT rappelle que l'application des droits n'est pas aussi rigoureuse lorsqu'il s'agit de défendre les droits sociaux que quand il faut favoriser l'économie libérale. La revendication d'un progrès social demeure un objectif central entre les peuples. Il dénonce cette idée fausse qui consiste à dire que les entreprises vont s'autoréguler et s'autocontrôler car elles ont un souci d'image et qu'elles s'appliqueraient spontanément ou librement à établir une protection des droits. Si les lois sont rigoureuses pour les citoyens, il faut dénoncer cette complaisance aveugle qui consiste à faire confiance au patronat en s'exonérant de lui imposer des règles contraignantes en matière sociale ou environnementale. Cette démarche qui consiste à dire que le patronat peut s'autoréguler revient à privatiser le droit. Bernard Thibault oppose les valeurs d'universalisme, de partage et de solidarité à celles de société de marché, de concurrence et d'inégalités. Il dresse un catalogue de grandes catastrophes provoquées par ce manque de contrôle du patronat : plans sociaux, crises alimentaires et environnementales... Il faut se battre pour intégrer la charte des Droits Fondamentaux à la convention européenne. On se doit de dénoncer aussi la non reconnaissance du droit de grève à l'échelle de l'Europe. Certains principes doivent être réaffirmés et défendus : liberté syndicale transnationale, droit au logement, droit des retraités à une pension, des services publics efficaces et des droits civiques pour les étrangers. Toutes ces luttes doivent servir de point d'appui pour contrer les politiques libérales.

Hélène Ballande des Amis de la Terre expose toute une série de droits à défendre : droit à la santé environnementale, droit à l'alimentation, droit à une eau saine, droit au logement, droits intergénérationnels. Elle évoque un certain nombre de principes qu'il faudrait désormais développer : remettre en cause notre style de vie, favoriser des productions et des consommations à un niveau local pour réduire les transports, bannir la société du jetable, instaurer une vraie justice sociale et environnementale. Il faut voir qu'il y a une forme d'injustice dans les catastrophes qui peuvent subvenir : les changements climatiques sont principalement de la responsabilité des américains et des européens et les conséquences frapperont aussi gravement d'autres populations vivant plus au sud. Il faut s'attacher à construire une convention contre ces multinationales qui saccagent les milieux de vie.

Les éléments qui ressortent du débat :
- Nous vivons une contre révolution authentique et conservatrice qui se caractérise par une réduction des rentrées fiscales, par la privatisation des services publics et la menace sur les emplois publics, par des réformes législatives qui conduisent à précariser les contrats de travail, réduire le droit de grève et criminaliser le mouvement social. Dans ce contexte de mondialisation, ce phénomène touche aujourd'hui l'ensemble des régions du monde.
- Sur le plan syndical, il y a deux modèles d'interventions qui sont de moins en moins compatibles: Le premier modèle consiste à adoucir le capitalisme à la marge pour tenter d'en atténuer les effets tout en maintenant un certain dialogue. Il est évident que ce modèle aujourd'hui pèche par manque de perspectives stratégiques.
Le deuxième modèle qui se veut alternatif pose le problème de la pauvreté de nos démocraties dans le temps présent. Les gouvernements ne donnent pas à la société civile le pouvoir de s'exprimer et de contrôler les politiques mises en oeuvre. Quand le pouvoir échappe au contrôle démocratique il faut essayer d'agir pour développer des forces autonomes pour contrer la toute puissance des pouvoirs financiers.
- La nécessité de faire une distinction entre les "genres". Les Femmes ne sont pas touchées de la même manière que les hommes dans la précarité des emplois et la remise en cause des droits sociaux.
- Bernard Thibault plusieurs fois pris à partie sur la question du nucléaire énonce l'idée qu'il faut qu'il y ait en France un véritable débat démocratique sur la question des énergies et rappelle que dans ce domaine les processus de libéralisation et de privatisation constituent aussi un risque pour les populations.

dr01.jpg (26193 octets)
Présence significative des grandes centrales syndicales françaises et en particulier de la CGT
à l'occasion de ce Forum Social Européen.
dr02.jpg (16528 octets)
Bernard Thibault de la CGT
dr04.jpg (28931 octets)
L'amphi Charlie Parker de la halle de la Villette quasiment rempli.
dr05.jpg (18358 octets)
Hélène Ballande pour apporter une touche environnementale à ce débat

portail