A l'occasion de l'année du Brésil en France
Visite d'indiens du Nordeste en Limousin


Rituel amérindien à la fin de la conférence du 26 septembre à la salle Jean Montalat de Beaubreuil.

Alors que l’on fête l’année du Brésil,  des indiens de l’Etat du Nordeste réunis au sein de l’ONG Thydewa* sont venus en France et plus particulièrement en Limousin du 24 septembre au 2 octobre 2005 pour dire combien leur situation ne s’est pas améliorée depuis l’élection d’Ignacio Lula Dasilva à la présidence de la République du Brésil.

Avant la colonisation, il y a plus de 500 ans, le Brésil comptait 5 millions d’indiens. Les nombreuses  exactions et autres massacres perpétrés par les colons ont ramené ce chiffre à 250 000 avant qu’il ne réaugmente depuis quelques décennies à près de 500 000 indigènes. Il faut savoir que plus de 40% des indiens  vivent en dehors de l’Amazonie, dans  les autres régions du Brésil. Cette réalité là, les autorités publics ont tendance à la nier et le reste de la population l’ignore presque totalement.

Pour les amérindiens, la question de l’accès à la terre reste entière. Si pour beaucoup d’entre eux la délimitation des terres est reconnue dans la constitution brésilienne depuis 1988, elle ne s’applique cependant pas dans les faits. Malheureusement, les indiens doivent faire face à l’occupation des propriétaires terriens, qui sous couvert de développer une agriculture exportatrice en viande de boeuf notamment, se permettent des exactions à l’encontre des indiens allant jusqu‘aux assassinats en toute impunité. Les indiens participants à cette tournée en France ont tenu aussi à décrire à quel  point les intérêts financiers,  le pouvoir politique et le pouvoir judiciaire sont confondus et reviennent entre les mains des mêmes familles. Dans ces conditions il s’avère extrêmement difficile pour les indiens, comme pour les paysans sans terre ou autres descendant d’esclaves noirs de faire reconnaître leurs droits.

Les indiens du Nordeste  avait porté un grand espoir dans l’élection du président Lula en votant pour lui en 2002. Aujourd’hui ils constatent que la situation n’a pas changé, des leaders indiens ont même été assassinés dans l’été 2005 sans qu’aucune suite judiciaire soit engagée.

Cette visite de Atia de la nation des Pankararu, de Kroatym de la nation Kiriri, de Si et de Dona Maria des Pataxo Hahahae aura aussi permis de mettre en lumière à quel point l’agriculture telle qu’elle se développe dans le monde sert de moins en moins à nourrir les populations pauvres du sud et se tourne de plus en plus vers l’exportation au profit des grandes firmes agro-alimentaires. Dénoncer cette situation, tel était le sens de la participation de ces indiens du Nordeste au marché solidaire et alimentaire de Limoges le 1er octobre dernier pour préconiser une agriculture qui soit respectueuse de la terre et des êtres humains.

Guillaume Bertrand.

L'accueil en Limousin a été rendu possible grâce à l'appui des associations suivantes : Association B58, ATTAC 19 et 87, Maison des Droits de l'Homme, Mashikuna, Peuple et Culture Corrèze, Plateaux Limousins, Réseau d’Acteurs de la Montagne Limousine.

 

Remerciement aussi aux partenaires qui ont permis de rendre possible cette tournée sur le plan national : Ville de Brou sur Chantereine, Ville de Gonesse, RELACS, La Passerelle (Paris), CSIA (Paris/Strasbourg), RESIA (St Brieuc), Maison des Citoyens pour une Terre plus Humaine (Le Mans), RTM (Draguignan), CIIP (Grenoble), Collectif un Autre Monde (Tours), Le Chiendent (Orléans)


Le débat à la salle Latreille de Tulle le 29 septembre 2005


A l'occasion de la visite de ce lycée agricole à Saint Yrieix, les indiens ont pu voir comment s'organisait  aujourd'hui l'agriculture Limousine  pour exporter le boeuf et la pomme


Danse indienne à l'occasion du marché solidaire et alimentaire le 1er octobre à Limoges place de la Motte.

* Thydewa est une ONG qui vise à soutenir les communautés indiennes du Nordeste regroupant aussi bien des indiens que des non indiens.  

L'organisation Thydêwá s'est donnée pour principaux objectifs : Encourager le dialogue dans la diversité comme forme d'enrichissement humain et contribuer à une culture de la paix ; améliorer les relations interculturelles pour le bien-être des sociétés ; renforcer et mettre en valeur les cultures indigènes en soulignant leur importance et leur originalité ; promouvoir les droits humains, économiques et sociaux.

Pour continuer à communiquer et à militer avec les membres de Thydewa : www.indiosonline.org.br

 


A la découverte d'une agriculture respectueuse de
la nature sur le plateau de Millevaches.

portail